Avez-vous besoin d'aide maintenant?

Nous n’offrons pas de conseils, de consultations ni de traitements en matière de santé mentale. Si une personne que vous connaissez ou vous-même êtes en état de crise, veuillez communiquer avec l’équipe d’intervention d’urgence de votre communauté locale. Vous pouvez également appeler la Ligne d’écoute d’espoir pour le mieux être des Autochtones au 1 855 242-3310, le Service d’aide téléphonique pour les jeunes Noirs ( Black Youth Helpline) au 1-833-294-8650 ou Jeunesse, j’écoute au 1-800-668-6868.

Problèmes de santé mentale courants chez les élèves

L’identification précoce et les services de prévention peuvent faire une différence cruciale pour un élève qui a des difficultés avec ses pensées, son comportement ou ses émotions. Le personnel scolaire a un rôle à jouer pour aider à identifier les élèves qui ont besoin de plus de soutien et pour renforcer les compétences et les stratégies utiles en classe.

Le rôle du personnel scolaire dans le soutien de la santé mentale des élèves 

Le travail que vous faites chaque jour pour créer des environnements d’apprentissage qui favorisent la santé mentale stimule de façon positive la santé mentale et le bien-être des élèves, et améliore leur disponibilité pour l’apprentissage. Dans chaque classe et chaque école, certains élèves auront besoin d’un soutien supplémentaire en matière de santé mentale et de bien-être. Votre connaissance des préoccupations courantes en matière de santé mentale peut vous aider à vous sentir plus confiant dans l’apport d’un soutien par des actions quotidiennes avec votre classe ou de manière individuelle, et vous aidera à savoir quand un soutien supplémentaire est nécessaire. 

En savoir plus : Suivez notre formation en ligne gratuite pour renforcer vos connaissances.

Le saviez-vous? : Le conseil de l’Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario possède un Comité de consultation professionnel en matière de santé mentale des élèves. 

Les difficultés relatives à l’attention, l’humeur et à l’anxiété sont des problèmes de santé mentale courants. Il peut s’agir de problèmes diagnostiqués à long terme ou il peut s’agir de réactions aiguës à un événement traumatique ou à une situation vécue. 

Chaque élève est unique et ce qui fonctionne pour un individu peut ne pas fonctionner pour un autre. Les besoins en matière de santé mentale peuvent également évoluer, nécessitant une augmentation ou une diminution du niveau de soutien. Le fait de connaître chaque élève et de communiquer régulièrement avec les familles, les aidants naturels et les prestataires de services (le cas échéant, avec le consentement des intéressés) peut améliorer le bien-être de l’élève lorsqu’un soutien accru est nécessaire en classe. Vous faites partie d’une équipe qui soutient les élèves et vous n’êtes pas seul dans ce travail.


Les problèmes d’anxiété en salle de classe 

La plupart d’entre nous se sentent anxieux de temps en temps. Et bien que cela puisse être inconfortable, l’anxiété est en fait une émotion utile. Des niveaux d’anxiété appropriés peuvent nous aider à rester concentrés et performants. Vous pouvez aider les élèves à apprendre à reconnaître et à gérer l’anxiété, et à les mettre en contact avec davantage de soutien, si nécessaire. 

Voici quelques stratégies quotidiennes à mettre en application :

  • Ayez des routines prévisibles dans la salle de classe et annoncez des changements à l’avance.
  • Normalisez l’expérience de l’anxiété et travaillez pour réduire les sources potentielles de stress à l’école.
  • Comprenez que les élèves peuvent ressentir ou exprimer leur anxiété différemment, en fonction de leurs antécédents culturels et de leurs bagages personnels.
  • Enseignez et renforcez les compétences cognitives en matière de gestion du temps afin que les élèves se sentent plus préparés et confiants pour les tests et les devoirs.
  • Aidez les élèves à décomposer de grandes tâches en éléments gérables.
  • En classe, prenez le temps de mettre en pratique les techniques de réduction du stress et de modeler des stratégies efficaces. Veuillez consulter notre section « Trouver une ressource » afin d’obtenir de l’aide pour la salle de classe.
  • Renforcez les habiletés socioémotionnelles qui favorisent l’affirmation de l’identité, telles que la résolution de problèmes, la prise de décision et la résolution de conflits.
  • Encouragez les élèves à faire des choix sécuritaires et à faire des efforts soutenus tout en mettant en œuvre la mentalité de croissance.
  • Lorsque les élèves ont du mal à acquérir une nouvelle compétence, rappelez-leur d’être tolérants envers eux-mêmes et de prendre le temps dont ils ont besoin pour apprendre et s’exercer.
  • Mettez en place des moyens permettant à tous les élèves de participer en classe (p. ex., les discussions en petits groupes aideront les élèves qui sont timides ou qui apprennent une nouvelle langue).

Il existe de nombreux sous-types spécifiques de troubles anxieux, d’une manière générale. Voici les signes les plus importants :

  • absence fréquente de l’école
  • difficulté à parler en groupes ou en classe
  • besoin exagéré d’être parfait
  • inquiétude excessive
  • peurs
  • résultats des tests ne correspondant pas aux capacités de l’élève
  • symptômes physiques récurrents sans explication médicale (maux d’estomac)
  • refus ou évitement de tâches
  • problèmes liés à la séparation (jeunes élèves)
  • problèmes sociaux — timidité excessive avec les pairs

Si vous remarquez qu’un élève éprouve des difficultés qui lui causent de l’angoisse ou qui nuisent à son apprentissage, surveillez-le et réfléchissez à des stratégies pédagogiques que vous pourrez appliquer en classe.  En savoir plus : Ce qu’il faut faire si vous êtes inquiet pour la santé mentale d’un élève

Ce que vous observez Stratégies ciblées
Difficulté à se séparer des parents ou des aidants naturels
  • Assurez une routine d’arrivée cohérente et prévisible.
  • Fournissez une rétroaction positive pour le comportement courageux.
  • Abstenez-vous de commenter les craintes.
  • Prenez des dispositions pour qu’un copain salue l’élève et l’aide à l’intégration dans la salle de classe.
  • Maintenez une communication régulière avec le parent ou l’aidant naturel.
  • Travaillez avec le parent ou l’aidant naturel afin de déterminer des moyens positifs pour récompenser un comportement non anxieux (p. ex., permettre à l’élève d’emporter un livre spécial ou un jouet à la maison quand il est courageux à l’école).
Un besoin exagéré d’être parfait
  • Démontrez que les erreurs font partie de l’apprentissage et qu’elles peuvent être considérées comme des opportunités.
  • Encouragez l’élève à produire des brouillons et à faire du remue-méninges.
  • Utilisez des rubriques pour décrire les attentes de résultats réalistes.
  • Félicitez l’élève pour l’achèvement des tâches à temps, sans révision continue.
  • Utilisez un discours qui renforce l’estime de soi (« oups, j’ai commis une erreur; ça ira mieux la prochaine fois. »).
  • Reconnaissez que les erreurs peuvent parfois être décevantes ou inconfortables, mais sans chercher à les « réparer ».
Inquiétudes concernant les tests et examens
  • Fournissez des instructions sur les stratégies efficaces pour le jour de l’examen (p. ex., écrire les éléments que vous avez mémorisés avant de regarder les questions, répondre aux questions faciles en premier).
  • Encouragez l’utilisation des exercices de respiration qui permettent de rester calme.
  • Évitez de donner des tests non planifiés, car certains élèves ont besoin d’être prévenus.
  • Réservez un environnement distinct pour les tests et les examens.
  • Prévoyez plus de temps, si nécessaire.
Anxiété au sujet de l’exécution des tâches à temps
  • Donnez un préavis en ce qui concerne les tests, les devoirs et les tâches à durée limitée.
  • Utilisez des listes de vérification et des rappels visuels pour les tâches et les activités à venir.
  • Aidez l’élève à diviser le projet en parties gérables à l’aide d’un calendrier ou d’un horaire pour compléter chaque partie.
  • Fournissez de la rétroaction et de l’encouragement pour chaque section de travail terminée.
  • Prévoyez plus de temps, si nécessaire.
Peur des situations sociales à l’école, notamment parler en public
  • Travaillez à développer un climat d’acceptation et de bienveillance dans toute la classe.
  • Rassurez les élèves en leur disant que tout le monde se sent angoissé de parler devant la classe.
  • Travaillez progressivement avec les élèves pour les entraîner à faire des présentations en classe en les faisant pratiquer en dyades ou en petits groupes.
  • Résistez à la tendance à permettre à l’élève d’éviter les interactions sociales; il est important qu’il soit exposé à ces situations et expériences afin qu’il puisse surmonter la peur.
  • Si un élève est inquiet de répondre aux questions en classe, envisagez d’abord les questions auxquelles celui-ci doit répondre par oui ou par non (au lieu des questions ouvertes), demandez à l’élève de mémoriser des questions et des réponses avant le cours, ou élaborez une méthode qui vous indique que ce dernier est prêt à répondre.

Les problèmes d’attention en salle de classe 

De nombreux élèves auront parfois des difficultés à se concentrer, à gérer leurs impulsions ou à terminer des tâches. Des stratégies et du soutien en salle de classe peuvent aider tous les élèves à maintenir leur attention et à optimiser leur apprentissage.

Pour la plupart des élèves, des stratégies générales et du soutien seront suffisants pour les aider à maintenir leur niveau d’attention. Nous pouvons aider les élèves à acquérir des compétences leur permettant de rester concentrés, terminer leurs tâches, attendre leur tour, etc. Nous pouvons également maintenir des environnements de classe qui aident les élèves à s’engager et à s’autogérer afin qu’ils soient disposés à apprendre.

Voici quelques stratégies quotidiennes à mettre en application afin que votre salle de classe favorise la santé mentale :

  • Maintenez un environnement sécuritaire et positif où les attentes sont clairement définies.
  • Mettez en place des routines prévisibles dans la salle de classe et annoncer les changements à l’avance.
  • Utilisez des rappels visuels et des aide-mémoire.
  • Enseignez/renforcez/modelez les compétences organisationnelles, en aidant les élèves à préparer le matériel nécessaire à l’apprentissage (p. ex., avoir entre vos mains des stylos et des crayons de rechange).
  • Enseignez/renforcez/modelez les compétences en matière de gestion du temps, en aidant les élèves à répartir les tâches et à bien utiliser le temps en classe (p. ex., en utilisant un calendrier ou un agenda).
  • Enseignez/renforcez les techniques d’étude, en aidant les élèves à se préparer aux tests et à travailler de façon méthodique lors des examens (p. ex., des stratégies de vérification du travail).
  • Offrez aux élèves une variété de moyens intéressants pour accéder à l’information et démontrer leurs forces.
  • Créez une culture de compassion au sein de votre salle de classe, grâce à laquelle les élèves savent qu’ils peuvent demander de l’aide en cas de besoin.
  • Concevez des environnements qui minimisent l’encombrement et les distractions.
  • Envisagez de concevoir des espaces pouvant favoriser la concentration qui seront utilisés lorsque les élèves en ressentiront le besoin.
  • Lorsque les élèves éprouvent occasionnellement des problèmes d’attention et d’hyperactivité ou d’impulsivité, rappelez-vous qu’ils acquièrent les compétences à partir des fonctions exécutives et que cela demande du temps.

En tant que personnel scolaire, vous êtes bien placé pour observer les signes avant-coureurs reliés aux problèmes d’attention. Chez certains élèves, les difficultés liées à l’attention sont facilement observables et se remarquent dès le plus jeune âge. Pour d’autres, les problèmes peuvent être plus difficiles à remarquer, mais peuvent avoir le même impact, en particulier lorsqu’ils n’ont pas été identifiés avant les années d’études ultérieures.

Signes que vous pouvez observer : élèves du primaire Signes que vous pouvez observer : élèves du secondaire
  • difficulté à se concentrer et à suivre les instructions
  • agitation, activité excessive
  • agit sans réfléchir
  • tendance à répondre à des questions avant qu’elles ne soient terminées
  • difficulté à attendre son tour
  • difficulté avec les travaux écrits ou cherche à éviter ceux-ci
  • facilement distrait, difficulté à se tirer de ses rêveries
  • traite l’information lentement
  • distrait
  • agit comme s’il était plus jeune
  • peut avoir des difficultés à maintenir des amitiés
  • difficulté à s’auto-organiser et à planifier des activités
  • difficulté à débuter et à terminer un travail
  • difficulté à fixer des objectifs
  • difficulté à rester attentif aux tâches et à ignorer les informations non pertinentes
  • agité, distrait, difficulté à se tirer de ses rêveries
  • difficulté à résoudre les problèmes à plusieurs étapes et à gérer les échéances
  • difficulté à travailler sous pression
  • difficulté à prendre des décisions rapidement
  • difficulté à retenir l’information
  • peut avoir des problèmes d’humeur plus fréquemment (colère, anxiété, stress, tristesse)
  • peut avoir des difficultés à maintenir des amitiés

Si vous remarquez qu’un élève présente des problèmes dans ce domaine qui le perturbent ou l’empêchent d’apprendre, surveillez-le, documentez vos observations et essayez des stratégies ciblées pour la salle de classe.

En savoir plus : Ce qu’il faut faire si vous êtes inquiet pour la santé mentale d’un élève

Ce que vous observez Stratégies ciblées
Problèmes d’attention
  • Maintenez un environnement de classe prévisible.
  • Limitez le bruit et les distractions lorsque les élèves exécutent des tâches nécessitant une attention soutenue.
  • Fragmentez l’enseignement afin que celui-ci soit plus gérable.
  • Fournissez une rétroaction positive pour les efforts faits pour les travaux scolaires.
  • Fournissez un espace de travail silencieux.
  • Désignez des places privilégiées dans la classe.
  • Gardez les tâches courtes et réalisables.
  • Fournissez des échéanciers et des calendriers visuels.
Problèmes d’impulsivité
  • Rappelez aux élèves qu’il faut être attentif, écouter et faire une pause avant de parler.
  • Enseignez et modelez une approche planifiée des tâches et des conversations.
  • Fournissez des rappels pour vérifier l’avancement du travail.
  • Encouragez l’intégration des moments de pause comme compétence essentielle à tout travail.
  • Fournissez une rétroaction positive pour les efforts faits dans l’accomplissement des travaux scolaires.
  • Intervenez au moment que l’élève doit performer ou exécuter la tâche — fournir des rappels au besoin.
Problèmes d’hyperactivité
  • Prenez des pauses pour faire bouger les élèves (pour tous).
  • Planifiez de courtes pauses dans la journée pour maximiser l’apprentissage.
  • Travaillez debout si nécessaire.
  • Affichez des aide-mémoire pour rappeler aux élèves de « s’arrêter et de réfléchir » avant d’agir.
  • Offrez des activités qui permettent de bouger tout au long de la journée (p. ex., se rendre en marchant au secrétariat).
Problèmes avec la vitesse de traitement de l’information
  • Fournissez des copies des notes.
  • Répétez les instructions ou les concepts compliqués.
  • Prolongez les délais.
  • Indiquez qu’une question est imminente et permettez un temps de réponse plus long.
  • Proposez des travaux plus courts.
Problèmes de mémoire de travail
  • Affichez visuellement les informations clés et les rappels pour que tous les élèves puissent les consultez.
  • Fragmentez l’enseignement afin que celui-ci soit plus gérable.
  • Offrez des instructions faciles à suivre, en particulier pour les tâches complexes.
  • Fournissez des aide-mémoire, si nécessaire.
  • Fournissez des aides à la mémoire (p. ex., mnémonique).
Problèmes au niveau des fonctions exécutives
  • Préparez les élèves aux transitions.
  • Fixer des délais réalistes quant aux travaux et aux tests.
  • Fragmentez le travail et offrir des échéances intermédiaires.
  • Fournissez des listes de contrôle et des organisateurs graphiques pour soutenir le séquençage et l’organisation.
  • Fournissez un soutien supplémentaire pour organiser le pupitre, les notes, le matériel, etc.
  • Mettez en place un système de communication quotidien entre la maison et l’école pour s’assurer que les travaux sont exécutés.

 


Les problèmes d’humeur en salle de classe

Il nous arrive à tous d’éprouver de temps en temps des sentiments de tristesse ou d’irritabilité. La plupart des élèves sont résilients et se remettent rapidement de leurs problèmes d’humeur occasionnels. Cependant, il arrive parfois que ces problèmes soient associés à une maladie mentale qu’on peut diagnostiquer.

Dans la plupart des cas, il suffit d’un soutien général pour assurer la santé mentale des élèves. Voici quelques stratégies quotidiennes à mettre en application afin que votre salle de classe favorise la santé mentale :

  • Accueillez chaleureusement chaque élève chaque jour.
  • Montrez-lui que vous êtes content qu’il fasse partie de votre classe et que vous êtes heureux qu’il soit présent aujourd’hui à l’école.
  • Songez à prévoir du temps au début du cours pour parler et entrer en contact avec les élèves avant qu’ils n’entament les travaux scolaires.
  • Montrez un intérêt pour les histoires, les opinions et les problèmes des élèves. Ils peuvent lancer de nouvelles idées et vous pouvez les influencer de manière positive en les écoutant attentivement et en les appuyant.
  • Favorisez la compréhension de la santé mentale en salle de classe et présentez la terminologie qui s’y rattache afin de réduire la stigmatisation des élèves qui peuvent éprouver des difficultés.
  • Transmettez par vos paroles et vos actions le fait que chaque jour constitue l’occasion d’un nouveau départ.
  • Remarquez si des élèves sont fréquemment en retard ou absents, et demandez-vous pourquoi, surtout si vous observez chez eux un changement de comportement. Offrez un accueil particulièrement chaleureux à ceux qui éprouvent des difficultés pour se rendre à l’école.
  • Réduisez la stigmatisation en indiquant que les sautes d’humeur des élèves peuvent être normales et en étant un bon modèle pour faire face au stress de la vie.
  • Encouragez la participation active et l’engagement à la vie de la classe.

Il est important de noter que certains de ces symptômes sont aussi des caractéristiques normales du développement de l’adolescent et ne sont pas forcément causés par un trouble mental. Il faut d’abord savoir comment l’élève se conduit habituellement et reconnaître ensuite si son comportement a changé.

Symptômes que vous pouvez observer Symptômes décrits par l’élève
  • perte d’intérêt pour des activités que l’élève aimait pratiquer auparavant
  • tristesse, larmes
  • irritabilité, promptitude à la colère
  • difficulté à se concentrer sur des travaux ou des activités, oubli, inattention
  • hypersensibilité (p. ex., il pleure facilement ou réagit de manière excessive aux petits problèmes)
  • léthargie, fatigue
  • baisse du rendement scolaire et du suivi des tâches
  • impulsivité et prise de risques inutiles
  • périodes euphoriques, accélération de la pensée, sentiment irréaliste de pouvoir tout faire
  • maux et douleurs
  • changements dans l’appétit
  • changements dans les habitudes de sommeil
  • mauvaise estime de soi
  • sentiment d’ennui
  • consommation et abus de drogues
  • pensées et comportements suicidaires

Important : Il faut prendre au sérieux toute révélation de pensées ou de comportements suicidaires. Suivez les protocoles de votre école pour obtenir de l’aide et du soutien. Ne laissez jamais seul et sans soutien un élève qui a manifesté des pensées suicidaires.

Si vous remarquez qu’un élève présente des problèmes dans ce domaine qui le perturbent ou l’empêchent d’apprendre, surveillez-le, documentez vos observations et essayez des stratégies ciblées pour la salle de classe.

En savoir plus : Ce qu’il faut faire si vous êtes inquiet pour la santé mentale d’un élève

Lorsqu’un élève risque de souffrir d’un problème d’humeur, les stratégies suivantes peuvent contribuer à prévenir que son état ne s’aggrave ou à en atténuer les effets. Les mêmes stratégies peuvent également soutenir le rétablissement d’un trouble de l’humeur. Il est important de collaborer avec l’élève, sa famille et les professionnels de la santé mentale qui s’occupent de lui si vous voulez que les stratégies auxquelles vous recourez répondent à ses besoins.

  • Prêtez une attention particulière aux stratégies quotidiennes de niveau 1 pour les élèves les plus à risque (ils peuvent profiter d’une « dose » plus élevée de ces pratiques!).
  • Vérifiez s’il y a une personne de soutien (vous-même, un autre enseignant, la direction de l’école) disponible pour accueillir discrètement l’élève à son arrivée ou pour vérifier son état mental pendant la journée.
  • Au besoin, reconnaissez l’effort qu’il fait pour assister chaque jour à ses cours.
  • Aidez-le à réussir à l’école. Par exemple, remettez-lui le schéma des cours, vérifiez s’il comprend les concepts et les tâches à exécuter, et accordez-lui des préavis généreux pour les tests, les devoirs ou tout autre travail ayant une date limite.
  • Limitez les travaux chronométrés et autres exigences scolaires stressantes.
  • Fragmentez les devoirs, et fournissez du soutien et des encouragements pour les efforts qu’il déploie dans ses travaux scolaires.
  • Corrigez ses erreurs ou proposez des améliorations d’une manière qui l’appuie et qui loue ses efforts.
  • Établissez des attentes et des priorités réalistes de manière collaborative, y compris avec l’élève lorsque c’est possible, en lui fournissant des mesures d’adaptation pour son apprentissage (p. ex., du temps supplémentaire pour les tests et les devoirs).
  • Dressez avec lui un plan d’adaptation en salle de classe, qui peut comprendre l’élaboration de signaux pour indiquer qu’il a besoin d’un soutien supplémentaire ou pour lui rappeler une stratégie d’adaptation.
  • Saisissez au vol les occasions de lui enseigner des compétences en matière de résolution de problèmes, les techniques de relaxation et d’autres mécanismes d’adaptation, ou encore de les renforcer.
  • Mettez en place un système de communication entre la maison et l’école pour transmettre l’information sur ses progrès scolaires, sociaux et émotionnels.
  • Gardez à l’esprit que certaines situations peuvent être particulièrement difficiles pour l’élève. Comprenez que son refus de participer peut être causé par son problème d’humeur.
  • S’il accuse du retard sur le plan scolaire, dites-lui qu’il peut se rattraper. Montrez-lui les étapes à suivre et ayez des attentes souples et réalistes.
  • Faites preuve d’optimisme et aidez-le à « avoir une lueur d’espoir » lorsque surviennent des problèmes.
  • S’il retourne à l’école après une hospitalisation ou une absence prolongée, collaborez avec lui, sa famille et son équipe de soutien pour élaborer un plan de stratégies spécifiques de réinsertion, compte tenu des problèmes de stigmatisation, de la charge de travail, de la matière qu’il a manquée et de son besoin de se faire réconforter.
  • Il est important d’être au fait de toutes les procédures de votre conseil scolaire pour pouvoir traiter avec les élèves qui manifestent des pensées suicidaires.

Comment savoir si un soutien supplémentaire est nécessaire 

Bien que vous ne puissiez pas diagnostiquer un trouble de santé mentale, votre travail pour remarquer et documenter les préoccupations est crucial. Vous pouvez travailler en collaboration au sein d’une équipe pour fournir un soutien attentionné à l’école.  

Si vous vous sentez préoccupé par un élève, il est bon d’en parler à la direction ou direction adjointe de l’école afin de déterminer si d’autres mesures sont nécessaires. En général, si ce que vous remarquez est cohérent et persiste sur de longues périodes (p. ex., pendant deux semaines ou plus), semble exagéré et ne semble pas correspondre à la situation ou au stade de développement, et cause de la détresse ou a un impact sur le fonctionnement quotidien et les performances scolaires, vous devriez chercher de l’aide. 

Que pouvez-vous faire : 

Suivez le protocole de votre conseil scolaire afin d’accéder au soutien vers un professionnel de la santé mentale. Cela peut inclure : 

  • Consulter votre direction, direction adjointe ou un membre de l’équipe de leadership en santé mentale de votre école. 
  • Discuter de vos observations avec l’élève et ses parents ou ses aidants naturels. 
  • Demandez le soutien d’un professionnel en santé mentale travaillant au sein du conseil scolaire (p. ex., un travailleur social ou un psychologue en milieu scolaire). 
  • Demandez le soutien d’un professionnel en santé mentale au sein de la communauté. 

Vous ferez toujours partie du cercle de soutien de l’élève alors qu’il franchit les étapes vers les services professionnels de santé mentale. Il existe des stratégies spécifiques que vous pouvez utiliser pour soutenir les élèves qui reçoivent des traitements de santé mentale. 

Il est impératif que vous preniez également soin de vous, pour votre bien-être et pour que vous puissiez mieux soutenir les élèves que vous servez. Prêtez attention à vos propres idées et à vos sentiments et mettez en place des stratégies d’autosoins élémentaires. Apprenez à reconnaître les moments où vous avez besoin d’un soutien supplémentaire. Vous pouvez obtenir de l’aide par l’entremise du programme d’aide aux employés.


Ressources pour vous aider à soutenir les élèves ayant des problèmes de santé mentale courants