Passer à la navigation Passer au contenu principal

En savoir plus

Les problèmes d’humeur en salle de classe

Il nous arrive à tous d’éprouver des sentiments de tristesse ou d’irritabilité. Cependant, la plupart des élèves sont résilients et se remettent rapidement de leurs problèmes d’humeur occasionnels. Cela dit, il arrive que ces problèmes soient causés par une maladie mentale qu’on peut diagnostiquer comme le trouble dépressif majeur (qu’on appelle parfois la dépression majeure et qui se manifeste par une série de symptômes dépressifs), le trouble dépressif persistant (qu’on appelle parfois la dysthymie, qui est une forme de dépression moins grave, mais chronique) ou le trouble bipolaire (où alternent les états dépressifs et les états euphoriques).

Comme les sautes d’humeur sont monnaie courante, surtout chez les adolescents, il n’est pas toujours facile de diagnostiquer les troubles de l’humeur. En général, il faut parfois fournir un soutien supplémentaire aux élèves dans les cas suivants :

  • leurs sentiments de tristesse ou d’irritabilité sont disproportionnés par rapport aux circonstances;
  • ils durent presque toute la journée, tous les jours;
  • ils persistent sur de longues périodes (par exemple, deux ou trois semaines);
  • ils interfèrent avec leurs pensées, leurs sentiments ou leurs activités quotidiennes.

Même si vous n’êtes pas un professionnel de la santé mentale, vous pouvez néanmoins aider l’élève souffrant d’un problème d’humeur. Vous pouvez en effet aider les élèves à apprendre à reconnaître et à gérer leurs émotions et, au besoin, à les mettre en contact avec un spécialiste.

Regardez notre tutoriel : comprendre les problèmes d’humeur et intervenir en salle de classe

Ce tutoriel décrit les problèmes d’humeur, en explore les symptômes, explique à quel moment il faut commencer à s’inquiéter et propose toute une gamme de stratégies en classe visant à soutenir les élèves qui en souffrent.

Nous vous invitons à télécharger notre fiche-info afin d’obtenir une copie imprimable de ces informations.

Comment aider les élèves

Dans la plupart des cas, il suffit d’un soutien général pour assurer la santé mentale des élèves. Voici quelques stratégies quotidiennes à mettre en application afin que votre salle de classe favorise la santé mentale :

  • accueillez chaleureusement chaque élève chaque jour;
  • montrez-lui que vous êtes content qu’il fasse partie de votre classe et que vous êtes heureux qu’il soit présent aujourd’hui à l’école;
  • songez à prévoir du temps au début du cours pour parler et entrer en contact avec les élèves avant qu’ils ne fassent leurs travaux scolaires;
  • montrez un intérêt pour les histoires, les opinions et les problèmes des élèves. Ils peuvent lancer de nouvelles idées et vous pouvez les influencer de manière positive en les écoutant attentivement et en les appuyant;
  • favorisez la compréhension de la santé mentale en classe et présentez la terminologie qui s’y rattache afin de réduire la stigmatisation des élèves qui peuvent éprouver des difficultés;
  • transmettez par vos paroles et actions que chaque jour constitue l’occasion d’un nouveau départ;
  • remarquez si des élèves sont fréquemment en retard ou absents, et demandez-vous pourquoi, surtout si vous observez chez eux un changement de comportement. Offrez un accueil particulièrement chaleureux à ceux qui éprouvent des difficultés pour se rendre à l’école;
  • réduisez la stigmatisation en présentant comme normales les sautes d’humeur des élèves et en étant un bon modèle pour faire face au stress de la vie;
  • encouragez la participation active à la vie de la classe.

Remarquer les symptômes des problèmes d’humeur

Vous n’êtes pas un professionnel de la santé mentale et vous ne pouvez diagnostiquer les troubles d’anxiété. Cependant, vous êtes un adulte bienveillant qui peut remarquer des signes indiquant qu’un élève éprouve des difficultés. Les symptômes les plus courants des troubles de l’humeur sont présentés ci-dessous. Il est important de noter que certains de ces symptômes sont aussi des caractéristiques normales du développement de l’adolescent et ne sont pas forcément causés par un trouble mental. Il faut d’abord savoir comment l’élève se conduit habituellement et reconnaître ensuite si son comportement a changé.

Symptômes que vous pouvez observer :

  • perte d’intérêt pour des activités que l’élève aimait pratiquer auparavant;
  • tristesse, larmes;
  • irritabilité, promptitude à la colère;
  • difficulté à se concentrer sur des travaux ou des activités, oubli, inattention;
  • hypersensibilité (par exemple, il pleure facilement ou réagit de manière excessive aux petits problèmes);
  • léthargie, fatigue;
  • baisse de rendement scolaire et du suivi des tâches;
  • impulsivité et prise de risques inutiles;
  • périodes euphoriques, accélération de la pensée, sentiment irréaliste de pouvoir tout faire.

Symptômes décrits par l’élève :

  • maux et douleurs;
  • changements dans l’appétit;
  • changements dans les habitudes de sommeil;
  • mauvaise estime de soi;
  • sentiment d’ennui;
  • consommation et abus de drogues;
  • pensées et comportements suicidaires.

Important : Il faut prendre au sérieux toute révélation de pensées ou de comportements suicidaires. Suivez les protocoles de votre école pour obtenir de l’aide et du soutien. Ne laissez jamais seul et sans soutien un élève qui a manifesté des pensées suicidaires.

Lorsqu’un élève risque de souffrir d’un problème d’humeur, les stratégies suivantes peuvent contribuer à prévenir que son état ne s’aggrave ou à en atténuer les effets. Comme on le remarque plus bas, vous faites partie d’un cercle de soutien et les gestes bienveillants que vous posez en classe peuvent aider l’élève atteint d’un trouble de l’humeur à améliorer son état. Il est important de collaborer avec l’élève, sa famille et les professionnels de la santé mentale qui s’occupent de lui si vous voulez que les stratégies auxquelles vous recourez répondent à ses besoins.

Voici des stratégies globales qui vous aideront à soutenir un élève souffrant d’un trouble de l’humeur :

  • prêtez une attention particulière aux stratégies de niveau 1 pour les élèves les plus à risque (ils peuvent profiter d’une « dose » plus élevée de ces pratiques!);
  • vérifiez s’il y a une personne de soutien (vous-même, un autre enseignant, le directeur de l’école) disponible pour accueillir discrètement l’élève à son arrivée ou pour vérifier son état mental pendant la journée;
  • au besoin, reconnaissez l’effort qu’il fait pour assister chaque jour à ses cours;
  • aidez-le à réussir à l’école. Par exemple, remettez-lui le schéma des cours, vérifiez s’il comprend les concepts et les tâches à exécuter, et accordez-lui des préavis généreux pour les tests, les devoirs ou tout autre travail ayant une date limite;
  • limitez les travaux chronométrés et autres exigences scolaires stressantes;
  • fragmentez les devoirs, et fournissez du soutien et des encouragements pour les efforts qu’il déploie dans ses travaux scolaires;
  • corrigez ses erreurs ou proposez des améliorations d’une manière qui l’appuie et qui loue ses efforts;
  • établissez des attentes et des priorités réalistes de manière collaborative, y compris avec l’élève lorsque c’est possible, en lui fournissant des mesures d’adaptation pour son apprentissage (par exemple, du temps supplémentaire pour les tests et les devoirs);
  • dressez avec lui un plan d’adaptation en classe, qui peut comprendre l’élaboration de signaux pour indiquer qu’il a besoin d’un soutien supplémentaire ou pour lui rappeler une stratégie d’adaptation;
  • saisissez au vol les occasions de lui enseigner des compétences en matière de résolution de problèmes, les techniques de relaxation et d’autres mécanismes d’adaptation, ou encore de les renforcer;
  • mettez en place un système de communication entre la maison et l’école qui transmette l’information sur ses progrès scolaires, sociaux et émotionnels;
  • gardez à l’esprit que certaines situations peuvent être particulièrement difficiles pour l’élève. Comprenez que son refus de participer peut être causé par son trouble de l’humeur;
  • s’il accuse du retard sur le plan scolaire, dites-lui qu’il peut se rattraper. Montrez-lui les étapes à suivre et ayez des attentes souples et réalistes;
  • faites preuve d’optimisme et aidez-le à « avoir une lueur d’espoir » lorsque surviennent des problèmes;
  • s’il retourne à l’école après une hospitalisation ou une absence prolongée, collaborez avec lui, sa famille et son équipe de soutien pour élaborer un plan de stratégie de réinsertion, compte tenu des problèmes de stigmatisation, de la charge de travail, de la matière qu’il a manquée et de son besoin de se faire réconforter;
  • il est important d’être au fait de toutes les procédures de votre conseil scolaire pour pouvoir traiter avec les élèves qui manifestent des pensées suicidaires.

Apprenez ce qu’il faut faire si vous vous faites du souci pour un élève

Rappelez-vous que ce n’est pas à vous de diagnostiquer un trouble mental. Cependant, vous êtes en mesure d’observer et de documenter son état, et de collaborer avec les autres membres d’une équipe pour lui fournir du soutien bienveillant à l’école.

Quand devez-vous intervenir :

  • si l’humeur de l’élève semble nuire à ses activités quotidiennes;
  • si ces signes de difficulté semblent être graves ou persistants;
  • lorsque l’élève et sa famille se font du souci.

Que faire :

  • Suivez le protocole d’accès au soutien en santé mentale de votre conseil scolaire. Ce protocole peut comprendre les mesures suivantes :
    • consulter le directeur, le directeur adjoint ou un membre de l’équipe de santé mentale de votre école;
    • discuter de vos observations avec l’élève et ses parents ou son tuteur;
    • demander le soutien d’un professionnel de la santé mentale travaillant au sein du conseil scolaire (par exemple, un travailleur social ou un psychologue scolaire);
    • demander le soutien d’un professionnel de la santé mentale en dehors de l’école.

Vous jouez un rôle crucial dans le processus du soutien, car vous contribuez au dépistage précoce. Vous ferez partie du cercle de soutien de l’élève à toutes les étapes des services professionnels de santé mentale.

Selon les besoins de l’élève, une partie ou la totalité des pratiques ci-dessus seront utiles. La collaboration étroite avec l’élève, sa famille et les professionnels de la santé mentale de son cercle de soutien constitue la meilleure façon de s’assurer que le soutien qu’on lui prodigue en classe répond à ses besoins en matière de santé mentale.

Prendre soin de soi

Il est impératif que vous preniez également soin de vous, pour votre bien-être et pour que vous puissiez mieux soutenir vos élèves. Prêtez attention à vos idées et à vos sentiments et mettez en place des stratégies d’autosoins élémentaires. Apprenez à reconnaître les moments où vous avez besoin de soutien supplémentaire. Vous pouvez obtenir de l’aide par l’entremise du programme d’aide aux employés.

Suggérer un thème

Nous continuerons à élargir nos ressources à la lumière des commentaires reçus. Veuillez nous aider à répondre à vos besoins professionnels en nous proposant des thèmes.